Lors d’une conférence de presse tenue dans la salle Mohamed Koula Diallo, ce lundi 6 août, l’Organisation guinéenne des droits de l’homme (OGDH), à travers son président par intérim, Elhaj Mamadou Malal Diallo, s’est exprimé sur sa position par rapport à la hausse du prix du carburant à la pompe.

Il a indiqué que « tout ce qui contribue à déranger le pouvoir d’achat des masses laborieuses et du peuple en général, nous ne sommes pas d’accord. C’est vrai que ce n’est pas nous qui produisons le pétrole que nous consommons, et il y a des fluctuations sur le plan international. C’est vrai qu’il peut arriver que l’Etat soit amené à faire une augmentation, tout ça c’est vrai… Mais il y a eu des accords entre l’Etat et le syndicat. Au moment où les fluctuations permettaient au gouvernement de diminuer le prix du carburant à hauteur de 5.000 ou de 6.000 GNF, les syndicats ont permis que le gouvernement continue à vendre le carburant à 8.000 GNF, à condition que même si le prix sur le plan international augmente le gouvernement s’engageait à ne pas dépasser les 8.000. C’est le fait qu’il n’ait pas concerté ces partenaires pour la fixation du nouveau prix, c’est ce qui a amené tout ce qui est en train de nous arriver actuellement. Nous, en tant que défenseurs des droits de l’homme, défenseurs des travailleurs, défenseurs des populations en général, nous sommes pour que le prix du carburant baisse, même au-delà de 8.000 GNF ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire