Boubacar Baryy

Lors de son passage, ce matin, chez nos confrères des Grandes Gueules de la Radio Espace, le ministre en charge de l’industrie, Boubacar Barry, alias BIG-UP a apporté des précisions dans la gestion de l’huilerie CPOEL de Dabola dont l’opération de démantèlement des installations est mal perçue par les populations du centre-géographique de la Guinée.

Selon nos informations, une manifestation s’est faite à Dabola ce lundi, pour protester contre l’inertie des autorités locales et nationales, face au début de démontage de cette unité industrielle qui se trouve être le poumon de l’économie de cette localité.

Prenant la parole, le ministre Boubacar Barry a rappelé que l’usine de Dabola a été privatisée sur une convention établie entre l’État et ses partenaires privés en 2011 et que les actifs de l’usine ont été cédés à 100% aux groupes CPOEL et CASTEL.

‘‘Aujourd’hui, l’État n’a aucune action dans cette société. Cependant dans la convention, l’État s’est engagé à créer les conditions pour favoriser la production agricole pour que nos paysans puissent approvisionner l’industrie en matières premières et la première matière première dont cette industrie a besoin, c’est l’arachide’’, a-t-il expliqué.

Là où il y a eu défaut, poursuit-il, ‘‘naturellement l’entreprise n’ayant pas eu la possibilité d’avoir le minimum requis pour pouvoir faire fonctionner l’unité industrielle, la matière première n’existant pas, l’unité industrielle s’est arrêtée. Donc il faut que les gens sachent que cette entreprise appartient à 100% aux partenaires privés qui sont installés en Guinée’’.

En tant que ministre de l’Industrie, Boubacar BUG-UP dit ne pas être officiellement saisi du démantèlement de la seule unité industrielle de Dabola.

‘‘Je sais que l’unité industrielle est en arrêt d’activités, mais je n’ai jamais été saisi du démantèlement de l’unité industrielle. Maintenant que j’ai cette information, qu’elle soit vérifiée ou pas, il est important que je m’approprie l’information, pour m’informer de ce qui se passe au niveau de cette unité industrielle et voire quelles sont les décisions qu’il faut prendre’’, a-t-il déclaré.

Plus loin, il soutient que c’est un acquis qui appartient à la Guinée, c’est une industrie qu’on a créée après les indépendances, il n’est pas question que cette industrie soit démantelée pour être réaffectée dans un autre pays voisin ou quelconque.

‘‘Nous trouverons le mécanisme qu’il faut avec nos partenaires, tel que nous l’avons fait lors de l’établissement de la convention, pour que nous trouvions une solution au fonctionnement de cette unité industrielle’’, a-t-il conclu.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire