Ce jeudi 22 février, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Khalifa Gassama Diaby, a rencontré les populations de la sous-préfecture de Kalinko. La rencontre s’inscrit dans le cadre de sa tournée de sensibilisation pour la paix et la quiétude sociale dans le pays.  Dans cette sous-préfecture de Dinguiraye, Gassama Diaby a déclaré qu’‘‘aucune personne n’a le droit d’user de la violence pour exprimer sa colère ou de se rendre justice”.

En plus, “il n’y a que Dieu qui peut rendre une justice parfaite. Mais il faut avouer une chose, avec tous les efforts des êtres humains mais il n’y a rien qui est plus difficile en Guinée aujourd’hui que de trancher entre les versions. Parce que fondamentalement, nous aimons les vérités lorsqu’elles nous arrangent et pourtant la justice c’est un des noms de Dieu. Chaque vie humaine, chaque être humain, est une créature de Dieu, ça vie n’appartient qu’à lui-même et à Dieu”, prêche Khalifa Gassama Diaby.

Et de poursuivre : “Ce qui se passe dans notre pays, Kalinko l’a exprimé de la façon la plus triste, la violence, la haine, les divisions ethniques et pourquoi ? Pour une élection et si on brûle la Guinée, ces votes serviront à quoi ?”

Devant une population visiblement triste, le ministre a regretté qu’en Guinée, “lorsqu’une personne n’est pas contente, elle s’autorise le droit d’user la violence et pourtant la vérité est simple. Cette violence qui crée tant de frustrations dans les familles, tant de douleurs, si on ne fait pas attention, on détruira la Guinée. Les gens qui se sont opposés à Kalinko et alentours, ça fait combien d’années ils vivent ensemble ? Ça fait combien de temps ils sont voisins ? pourquoi se font ils la guerre à cause de la politique ?’’.

Pour Gassama Diaby, les partis politiques sont comme des branches d’arbres, chacun veut garder sa branche, mais “on est en train de scier le tronc de l’arbre et si l’arbre tombe à quoi servent les branches ? Cet arbre c’est la nation guinéenne. La Guinée, il n’y a que des citoyens et il y’a des règles humaines qui sont simples. Si un être humain considère que l’autre n’est rien et que lui il est tout, mais lui il ne sera rien et l’autre ne restera rien. Le respect mutuel, la considération ; et considérer qu’en Guinée, il n’y a pas de Guinéen supérieur à l’autre”.

Selon Fanton Kouyaté, sous-préfet de Kalinko, le bilan des événements qui ont endeuillé la sous-préfecture aux lendemains des élections est de : cinq morts, 12 maisons brûlées, 118 cases brûlées, ainsi qu’une menuiserie, 50 boutiques et magasins, 13 conteneurs, trois voitures et 14 motos.

Bhoye Barry, Kalinko envoyé spécial pour guinee7.com

(00224) 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

1 COMMENTAIRE

  1. C’est vraiment triste de voir ces images. mais la reconciliation est la meilleure. pardonner et avancer, nos deux grands parti politiques RPG et l’UFDG sont à la base de tous cela. Une population a majoritairement analphabète est capable de faire plus que ça. prodiguer des conseils est bon, mais eduquer la population sur la civilisation est la meilleure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here