A moins de quatre mois de la fin de l’année 2018, le service de l’Etat-civil de la commune urbaine de Labé n’a enregistré jusque là que 165 mariages. Un taux nettement en deçà du nombre de mariages qui ont eu lieu dans la cité.

Le service de l’Etat-civil de la commune urbaine de Labé est snobé par les populations, ou du moins par les candidats au mariage. Dans un entretien qu’il a accordé à Guinee7.com, l’officier de l’Etat-civil a fait savoir que, du 1er Janvier au 13 Aout 2018, seulement 165 cas de mariages sont passés par l’Etat-civil. « L’année dernière, nous avions enregistré 254 mariages. Nous sommes à trois mois deux semaines de la fin de l’année 2018. La période des mariages à Labé, c’est le mois qui précède le mois de ramadan et le mois lunaire précédant la fête de tabaski, c’est-à-dire actuellement. Il y a plein de mariages qui se déroulent pendant ces différentes périodes, mais très peu de personnes passent par notre service. Les gens préfèrent des cortèges et de grandes fêtes pour des millions de francs guinéens, que de venir prendre l’acte de mariage qui ne coûte que 50.000 FG » regrette Amadou Oury Barry.

L’officier de l’Etat-civil explique d’autres difficultés auxquelles son service est confronté : « Il y a plusieurs jeunes hommes mariés qui se trouvent à l’étranger et qui souhaitent aujourd’hui que leurs épouses les rejoignent là-bas, mais pour avoir les documents de voyage, il faut commencer par l’Etat-civil. Mais il se trouve que ces intéressés n’ont pas célébré leurs mariages à la commune ».

Si au 13 août 2018, ce sont 165 cas de mariage qui ont été enregistrés à la commune, par contre 1.843 cas de naissances ont été enregistrés.

Il faut aussi noter que le service de l’Etat-civil de Labé est une source de recettes pour la commune. Au courant de l’année 2017, il a mobilisé près de 28 millions de francs guinéens pour la commune.

Mohamed Samoura pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire