Le club Ahmed Sékou Touré appelle à une conférence nationale en Guinée

0

Chers compatriotes, depuis quelques années, tout le monde parle de réconciliation nationale en Guinée, en tout cas la plupart de nos compatriotes. On en parle partout et toujours sans pour autant élucider les tenants et les aboutissants d’une telle démarche, sans expliquer par exemple en quoi nous devrions nous réconcilier, ni qui il faut réconcilier. Certains de ceux qui en parlent, veulent qu’on se réconcilie seulement s’ils peuvent imposer leur volonté aux autres. D’aucuns vont jusqu’à insinuer maladroitement que nos ethnies sont en conflit, comme si il y avait eu une guerre civile !  Que dire donc de ceux qui considèrent que cette approche mène à un faux débat, puisqu’il n y a pas eu de guerre civile ? Comment procéder pour le raffermissement des liens de fraternité entre les guinéens ?

Le Club Ahmed Sékou Touré – France, entend apporter sa modeste contribution au processus de raffermissement des liens de fraternité entre les guinéens. Notre démarche en tant qu’organisation de la société civile guinéenne, consiste à militer en faveur du renforcement des liens de fraternité entre les enfants de la République. Notre option en tant que républicain,  est de militer en faveur de l’unité nationale en vue de la refonder la Nation. Ce qui nécessite un dialogue national franc et sincère, un dialogue qui regroupera toutes les représentations et toutes les sensibilités du pays (l’Assemblée nationale en tant que représentant du peuple, les victimes ou représentants de victimes, les représentants de l’Etat, les différentes organisations de la société civile, les syndicats, les sensibilités religieuses…) en vue de faire la lumière sur tous les événements, dire et reconnaître la vérité, rendre justice et évoquer un pardon national à l’endroit des victimes, de toutes les victimes, des seules victimes de la République.

Chers compatriotes, c’est un appel citoyen que nous lançons à toutes les composantes de la Nation guinéenne, particulièrement à la jeunesse dont le soutien reste indispensable pour la réussite de cette action. Nous vous invitons à vous investir efficacement dans cette démarche pour que nous puissions tous ensemble contribuer à atteindre les nobles objectifs de cette conférence nationale qui sont :

·           le raffermissement des liens de fraternité entre les fils et filles de Guinée, c’est-à-dire la réalisation effective de l’unité nationale. Mais auparavant, il faudra bien  préciser que notre pays n’a pas connu de guerre civile, ni de conflits armés internes, ni aucune catastrophe de cette nature. C’est pourquoi d’ailleurs nous préférons l’appellation << conférence nationale>> en lieu et place de <<réconciliation nationale>>, puisqu’en l’absence de parties en conflit, nous ne savons pas qui il faudra réconcilier. Cependant, il faut reconnaître aussi que certains événements survenus dans notre pays de l’indépendance à nos jours, ont endeuillé certaines familles, frustré certains compatriotes. Des agents de l’Etat ont commis des crimes au nom de l’Etat, ou au nom de la raison d’Etat, crimes qui sont à la base de beaucoup de tensions et de frustrations sociales de part et d’autre. D’autres ont aussi utilisé ces événements pour braquer les ethnies les unes contre les autres. Ce qui est la résultante de la déchirure sociale que connaît notre pays, et dont la résolution nécessite aujourd’hui ce débat national, certainement contradictoire mais courtois, franc et nécessaire à la refondation de notre Nation.

·           le deuxième objectif à atteindre est le rétablissement effectif de la vérité sur les pages sombres de notre passé. Nous pensons que la lumière doit être faite sur tous les événements qui ont endeuillé le peuple de Guinée. Que ce soit : -les complots contre la première République (et leurs conséquences) ;  – l’agression du 22 novembre 1970 ; – la question du camp Boiro ; – le coup d’Etat du 3 avril 1984 ; – les événements de 1985, ceux de N’Zérékoré en 1991 ; ceux de Kaporo-rails en 1999, de 2006, 2007, 2009,  et même ceux de 2010 et 2013….

Tous ces événements ont fait des victimes parmi les populations civiles guinéennes et doivent être débattus, élucidés pour enfin réécrire de façon consensuelle et définitive notre histoire commune.

·           Le troisième objectif concerne la réhabilitation des victimes, de toutes les victimes et des seules victimes de la République. En effet, les victimes doivent être identifiées sans tenir compte de leur appartenance ethnique, régionale ou religieuse. Elles seront individuellement identifiées pour qu’un pardon national leur soit adressé ; des prières et bénédictions seront dites pour les disparus, les biens restitués à ceux qui en ont perdu ou à leurs ayant droits, …, bref, toutes formes de réparations qui puissent amener les familles à faire définitivement leur deuil (jour de deuil national par exemple pour la commémoration de la disparition de toutes les victimes, la construction d’un mausolée ou d’un monument à leur mémoire…). Quant aux agents de l’Etat dont les responsabilités  pourraient être établies  dans ces crimes, ils devront eux aussi,  purement et simplement, bénéficier de la clémence du peuple puisque le but recherché dans ce processus c’est le pardon et non la vengeance.

Chers compatriotes, c’est avec une forte conviction que nous avons saisi les autorités nationales, en l’occurrence le Premier ministre et le Président de l’assemblée nationale, pour leur faire part de notre volonté pour ce projet de conférence nationale. Et C’est avec la même conviction que nous vous invitons chers compatriotes, à vous investir vous aussi, dans ce processus de conférence nationale, sur la base de la vérité historique, de la justice et de la réconciliation pour qu’enfin nous réalisions l’unité nationale tant souhaitée, et que nous puissions tourner de façon consensuelle et fraternelle les pages sombres de notre commune histoire.

C’est enfin avec une vive émotion que j’adresse au nom du Club Ahmed Sékou Touré – France, mes vœux de bonne fête à l’armée guinéenne. Cette vaillante armée nationale qui a été à l’avant-garde des indépendances africaines, cette armée qui a écrasé les mercenaires portugais, cette armée qui a écrasé les hordes rebelles le long de nos frontières, cette armée qui s’est trop souvent sacrifiée pour le maintien de la paix et de la sécurité dans la sous région et ailleurs en Afrique, cette infatigable armée nationale qui défend aujourd’hui encore l’intégrité du territoire national ; Bon anniversaire !

Je vous remercie !

 

                                                                                                                                       Kémoko CAMARA

                                                                                                      Président du Club Ahmed Sékou Touré – France

Club Ahmed Sékou Touré-France

Adresse : 11, rue Caillaux

  75013 – Paris

Email :[email protected]

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here