Accueil Actualités Le plan de gestion environnementale et sociale officiellement lancé à Boké

Le plan de gestion environnementale et sociale officiellement lancé à Boké

Ahmed Keita, chef cabinet, ministère des Mines

Une mission conjointe du ministère des Mines et de la Géologie et du ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts s’est rendue à Boké, ce jeudi 19 octobre 2017, pour le lancement du Plan de gestion environnementale et sociale. La cérémonie a eu dans la salle de réunion du gouvernorat de la région administrative de Boké, en présence du gouverneur, général de brigade Siba Loholamou, du préfet de Boké, Aboubacar M’Bop Camara, du député uninominal de Boké et des représentants des collectivités locales.

« Les deux départements ont jugé nécessaire de faire l’évaluation des sociétés minières évoluant en Guinée, en matière du respect des normes environnementales et sociales ; comme je l’ai dit, c’est toute la Guinée. Mais au mois d’avril, quand il y a eu des mouvements à Boké, l’une des revendications était aussi le respect des normes environnementales  et sociales », a déclaré Ahamed Sékou Keita, chef de cabinet du ministère des Mines et de la Géologie.

Pour sa part, Seydou Barry Sidibé, secrétaire général du ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, soutient que la mise en œuvre des plans de gestion environnementale et sociale est plus nécessaire, parce qu’ « il a été constaté que tous les mouvements qui ont lieu dans la préfecture de Boké sont dus en grande partie au manquement de la mise en œuvre du plan de gestion environnementale et sociale. Il y a un bureau d’études qui a été recruté, le cabinet de Louis Berger, pour faire l’évaluation de la situation de l’état de mise en œuvre effective des plans de gestion environnementale et sociale, relever leurs lacunes et apporter des solutions. Mais il ne s’agit pas seulement d’évaluer ces plans de gestion environnementale, il s’agit d’évaluer les structures qui sont chargées de contrôler la mise en œuvre de ces plans de gestion. »

Par ailleurs, le gouverneur de la région administrative de Boké, le général de brigade Siba Loholamou, a affirmé qu’aucune autorité locale ne détient le plan des sociétés minières évoluant à Boké, dans le cadre de la protection de l’environnement.  « Nous avons noté, nous autorités locales que ce soit le préfet, sous-préfet, que ça soit le gouverneur que je suis, aucune des autorités n’est en possession de ces plans des sociétés. Ce qui est une lacune qu’on a dénoncée, et nous avons demandé aux représentants de ces deux ministres que les sociétés puissent nous déposer les plans de gestion environnementale et sociale que nous allons suivre avec les sociétés, pour que ces plans soient respectés. S’il y a reboisement, que le reboisement soit fait. S’il y a limitation de poussière, que ce soit fait. Il faut que ça soit fait sous le contrôle des autorités que nous sommes, au bénéfice des communautés impactées. »

Dans le souci du respect des points de revendications des populations de Boké signés en avril dernier, selon Ahamed Sékou Keita, chef de cabinet du ministère des Mines et de la Géologie, dès la semaine prochaine, la mise en place du cadre de concertation des localités minières (CCLM) va commencer dans la région de Boké. Des points focaux pour l’emploi ont été créés à Kamsar, Sangarédi et Boké, a-t-il indiqué.

Bhoye Barry Boké, envoyé spécial pour guinee7.com 

AUCUN COMMENTAIRE