Ahmed Keïta, chef de cabinet (en bleu) et le préfet à droite

Samedi dernier, le chef de cabinet du ministère des Mines et de la Géologies, Ahmed Sékou Keita, a effectué un déplacement dans la ville de Boké pour procéder au lancement officiel des travaux de l’étude technique de la route du contournement après son arrêt entre 2008-2010. La délégation a été reçue au gouvernorat de Boké, par le général Siba Lohalamou, gouverneur, Mohamed Lamine Doumbouyah, préfet, des chefs de quartiers et les représentants de trois partis politiques de la place.

Il faut rappeler que l’étude technique de la ‘‘contournante’’ est lancée suite à la rencontre entre le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, et la commission de suivi et évaluation mise en place par les Bokéka aux lendemains des émeutes d’avril dernier.

Une ‘‘contournante’’ à péage

Ahmed Sékou Keita, face à la presse, à rappeler : ‘‘la question de la contournante nous a été posée et le ministre des Mines et Géologie a remonté cette requête au niveau du gouvernement et au chef d’Etat qui lui a donné des instructions de prendre les dispositions afin que la contournante voit le jour. C’est ainsi qu’une commission interministérielle a été mise en place, on a travaillé et on a fait des visites du terrain. Et suite aux recommandations qui ont été faites par cette commission, il a été question de réactualiser les études. Donc les TDR (termes de référence, NDLR) étaient prêts et, le problème qui s’est passé à Boké que nous connaissons tous, est arrivé. Donc quand nous sommes venus dans le cadre des échanges qu’on a eus avec la commission de suivi mise en place à cet effet, il était question de rapidement commencer les études de la contournante pour l’actualiser mais aussi le nouveau qui est dedans, c’est qu’on veut faire une contournante à une route payante’’ a-t-il indiqué, ajoutant qu’une première étude avait été faite entre 2008-2010.

La contournante, priorité des priorités, diminuerait les risques d’accidents à Boké

Parmi les 35 points constituant la plateforme revendicative que la commission de suivi a présentée au ministre guinéen des Mines, la question de la contournante occupait le premier point. Selon Mohamed Lamine Doumbouyah, préfet de Boké, le lancement de l’étude de la contournante suscite chez les natifs de Boké ‘‘un grand espoir. Quand on sait que les évènements que Boké a connus au mois d’avril passé, l’un des points de revendications soulignés par la population était la réalisation de la route de contournement. C’est une réalité quand on voit que la ville de Boké se développe aujourd’hui, de voir ces camions qui transportent la bauxite traverser la préfecture, c’est un véritable risque. Donc, nous saluons l’effort fourni par le ministère des Mines et géologie. Parce que le ministre des Mines a promis que plus tard le premier juin une équipe sera là pour commencer l’étude de faisabilité. Et par la grâce de Dieu, cette équipe est arrivée depuis le 1er juin et a commencé les études. Donc, nous saluons le ministère des Mines pour la promptitude avec laquelle il agit. La réalisation de cette contournante est pour nous une priorité des priorités. Parce que ça diminuerait les risques d’accidents à Boké quand on sait que cette ville se développe aussi vite’’, a-t-il tenu à faire savoir.

A rappeler que, cette délégation que le chef de cabinet du ministère des Mines et Géologie dirigeait dans la ville de Boké, était composée de représentants du ministère des Travaux publics et du ministère de l’Environnement.

Ismaël Sylla envoyé spécial de guinee7.com à Boké

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire