Faire de telle sorte que « nos langues ne deviennent pas des langues étrangères pour nos enfants », tel est l’un des objectifs que s’est fixé Mamadou Aguibou Sow, dit Mo Kuletée, qui a, ce samedi 9 mars, présenté son œuvre intitulé Lexique français/pular, de mathématiques et des sciences de la vie, au point de lecture du jardin du 2 octobre de Conakry.

Auteur de sept livres déjà parus sur le même sujet, M. Sow, dans ce huitième ouvrage de 187 pages, édité chez Harmattan Guinée, a réuni 5 000 mots et expression, tirés de la langue pular et expliqués en français, notamment une première partie en termes mathématiques et la seconde en biologie, physiques…

Expliquant le pourquoi de la production de cet ouvrage, l’auteur fait savoir qu’il a tout d’abord cru en ce projet et l’avait d’ailleurs proposé tout d’abord aux mathématiciens qui étaient sur place. Ces derniers ont prétexté ne pas avoir en leur possession « les concepts mathématiques ou de sciences dans leurs langues respectives ». Ce qui l’a décidé à continuer à chercher des mots par groupe de cinq ou dix, chose qui lui a pris deux ans.

Il a expliqué, en ce qui est des essais qu’il a tentés : « Je leur ai dit que c’est fort possible. Et pour preuve, moi, je vais faire un lexique. Alors, j’ai commencé par les journalistes. En 2008, on a formé des journalistes Haal Pular sur des concepts, parce qu’on s’était rendu compte que la plupart de ces journalistes parlaient français/pular. On a leur a appris des notions à savoir comment on peut appeler un ministre, un gouverneur, un préfet ou une sous-préfecture : des concepts de l’administration. Alors, je me suis dit que j’aurais pu faire la même chose en mathématiques, pour faciliter l’enseignement de ces langues dans les écoles ».

Diplômé en lettres modernes à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, depuis 2004, ce désormais activiste de l’Association guinéenne pour la promotion de l’écriture et de la lecture en langues nationales (AGUIPELLN), espère qu’à travers ces œuvres, faire la promotion de cette langue nationale, qu’il trouve ne pas être suffisamment « bien parlée » par les enfants, du fait de l’usage permanent voire exclusif des langues française et anglaise par leurs parents.

Sa plus grande peur étant que « le français et l’anglais deviennent nos langues et nos langues deviennent des langues étrangères pour nos enfants ». C’est pourquoi, il a exhorté les écrivains à faire comme lui et à faire la promotion de nos langues nationales.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here