La  coordination des mouvements de soutien à Moussa Dadis Camara a organisé un meeting ce samedi 20 juin au mini stadium de Lambandji dans la commune de Ratoma. Par cette mobilisation ces
mouvements ont voulu amorcer une série d’action pour le retour en Guinée du président du Front Populaire pour Démocratie et le Développement(FPDD).

« Dadis est aussi une victime du 28 septembre », lance un jeune activiste de la cause de l’ex-capitaine.
Au-delà  d’un simple soutien, on peut bien comprendre par ce rassemblement  une façon pour les organisateurs de faire une certaine pression sur les autorités étatiques pour qu’elles puissent laisser celui qui est considéré par certains comme le commanditaire du massacre du 28 septembre, regagner son pays.

« Cela fait cinq ans qu’il n’est pas en Guinée et le dossier traîne, pourquoi c’est lorsqu’il annonce son retour  qu’il y a des inculpations. Déjà il y a eu 13 inculpations d’officiers supérieurs. Cela ne vous dit rien ? Est-ce que ce n’est pas pour l’empêcher de rentrer ? Est-ce que ce n’est pas pour l’intimider» ?  S’interroge Fassou Emmanuel Sagnoh chargé de la communication de la Coordination de la Jeunesse de la Guinée forestière.

M. Fassou avec un certain optimisme dit : « confiant en l’homme nous savons qu’il va venir.

Ce meeting  se veut détonateur d’une série d’activités que ces jeunes comptent menées pour préparer son arrivée. «  C’est juste pour préparer sa venue et inviter les Guinéens à se mobiliser pour son élection à la présidence de la République pour le bonheur des Guinéens», indique Cécé Jean Haba, à la tête d’un ensemble de mouvements qui regroupent les déçus de certaines formations politiques comme il l’a rappelé.

Quand Dadis sera-t-il en Guinée ? Les organisateurs de la manifestation ne sont pas situés sur la date exacte de son retour dans le pays.

Par ailleurs, un organisateur lance : «le 28 septembre a été organisé pour la chute du Capitaine Dadis,
personne ne peut le nier. C’était contre sa personne. Malheureusement il y a eu d’autres victimes que nous déplorons tous. Mais le 3 décembre on a attenté à sa vie. Ce que je ne comprends pas c’est qu’on
devrait engager une procédure judiciaire pour juger et condamner les coupables. Il y a eu une justice à deux vitesses. C’est pourquoi je dis qu’il a été victime aussi et on en parle pas. Même les organisations de défense des droits de l’homme n’en parlent pas »

Le FPDD, le parti avec lequel Dadis entend briguer la magistrature suprême, n’a pas été officiellement associé à ce meeting, nous ont précisé les organisateurs. Le décompte lui, a déjà commencé et les
Guinéens  restent partagés entre optimistes et pessimistes quant à la concrétisation de la candidature de Moussa Dadis Camara.

JB.

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire