Interrogé ce jeudi, dans l’émission les grandes gueules de la radio Espace Fm, le haut représentant du chef de l’État, à l’instar de plusieurs hommes politiques du pays, a donné sa position et celle de son parti l’UFR, vis-à-vis du dernier décret du président de la République, qui a officiellement nommé Mohamed Lamine BANGOURA à la tête de la Cour constitutionnelle, en remplacement de Kélèfa SALL.

Pour Sidya Touré, « le président de la cour constitutionnelle n’est pas un directeur de service. Ce n’est pas un décret qui le nomme ou le révoque. La procédure est prévue de manière légale. Il faut la suivre. Quand elle n’est pas suivie, les actes que vous prenez n’ont pas de valeurs juridiques… même si Kélèfa SALL avait volé de l’argent à la cour constitutionnelle, si ce n’est pas la cour suprême qui l’enlève conformément à la loi, l’acte qui est posé n’a pas de valeur ».

Plus loin le président de l’UFR précise que : « l’UFR n’acceptera ni juridiquement, ni politiquement l’éviction du président de la cour constitutionnelle… c’est quelque chose qui démontre que nous allons partir en arrière alors que nous venons de célébrer la fête de l’indépendance dans la joie. Cet acte vient nous diviser, il n’est pas légal ». Avant d’ajouter : « Je condamne cet acte. Nous ne sommes pas d’accord avec cette façon de faire. Le droit, c’est le droit. La cour constitutionnelle ne relève pas de la présidence de la République »

Et de conclure : « Pourquoi on n’aurait pas pu attendre que la cour suprême se prononce afin de prendre un décret pour régler un problème, qui ne relève pas de la présidence de la République ? », s’est interrogé l’ancien Premier ministre.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here