Ouvertes le 18 décembre dernier, les journées portes ouvertes de la CBG à la presse nationale ont été clôturées, ce vendredi, à travers un point de presse animé par des cadres de la Compagnie.

À cette occasion, le directeur général Souleymane Traoré, se prêtant aux questions des journalistes présents, s’est exprimé sur le dernier rapport de l’ONG américaine de lutte contre la violation des droits de l’homme, Humain Rights Watch, accablant la compagnie sur les dégâts de l’exploitation de la bauxite sur les populations.

À l’entame de ses propos, Souleymane Traoré a dit avoir bien accueilli la mission de Humain Rights Watch avec qui, il aurait d’ailleurs eu beaucoup de sessions de travail, avant de révéler qu’après la publication du rapport, une rencontre a eu lieu entre les deux structures à New York (Etats-Unis), au cours de laquelle la CBG a souligné ses points de convergence et de divergence dans ledit rapport.

Et de poursuivre : « depuis que nous sommes rentrés dans le cadre du financement d’extension en 2015, nous sommes soumis à des contraintes les plus élevées qui soient en matière d’environnement et du social. Le constat, c’est qu’on fait déjà beaucoup de choses, il fallait encore nous qualifier plus pour qu’on puisse monter à un standard plus élevé et c’est ce que nous sommes en train de mettre en œuvre. Et nous avons un plan de marche pour y arriver. Les plans-là ont été montrés et ils ont reconnu. »

Cependant, le DG de la CBG estime que le principal point de divergence avec Humain Rights Watch dans ce rapport, « c’est la rétroactivité de ces performances de standard depuis ce qui s’est passé en 1973. Et il y a eu des divergences fondamentales sur une question d’interprétation, les anciens vous diront que quand la CBG a commencé à Sangarédi, il y avait juste un petit hameau, maintenant le village a grandi et vous savez que la question de la propriété foncière en Guinée est très vaste. D’ailleurs la CBG a publié sa réponse sur le site Humain Rights Watch ».

Par ailleurs Souleymane Traoré, s’est penché sur le développement communautaire qui, selon lui, a commencé pour cette compagnie dès le début de ses opérations. « Dans les vingt dernières années, la CBG a investi dans les infrastructures communautaires de tous genres, plus de 50 millions de dollars et ça, nous avons des détails, parce que c’est un chiffre que j’ai demandé à obtenir. Il n’y a pas une zone dans la région de Boké où la CBG n’a pas un impact et ce qui est important aujourd’hui, c’est l’évolution de cette assistance. Ce qui nous importe c’est aussi l’impact de ces aides sur les personnes, les familles et les ménages », a-t-il fait savoir.

À noter que c’est la cérémonie d’inauguration d’un poste de santé construit et équipé par la CBG à Kolia-Sanamato, commune rurale Bintimodia (Boké), qui a bouclé la boucle des activités de cette première édition de journées portes ouvertes de la Compagnie des bauxites de Guinée, à la presse nationale.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here