Dans cet entretien qu’il a accordé à notre reporter, Jean-Marc Telliano, président du Rassemblement pour le développement Intégré de la Guinée (RDIG) se prononce sur  la déclaration de IBN CHAMBAS, l’Envoyé Spécial de Ban Ki-moon en Afrique de l’Ouest. Il évoque  aussi les relations entre Cellou et Sidya entre autres…

 Que pensez-vous de la déclaration de IBN CHAMBAS, l’Envoyé Spécial de Ban Ki-moon en Afrique de l’Ouest sur la relance du dialogue inter guinéen ?

Jean-Marc Telliano : Vous savez les médiateurs ont toujours prôné  la paix. IBN CHAMBAS est intervenu dans le cadre de la paix et de la cohésion sociale afin que les acteurs du processus électoral puissent se retrouver autour d’une table et parler d’une voix commune, bref s’entendre.  Cela m’affecte à plus d’un titre, car nous au niveau de l’opposition républicaine, nous avons toujours prôné  le dialogue, même si  encore nos adversaires ne prennent pas en compte nos préoccupations. Mais aujourd’hui nous avons des médiateurs qui facilitent les retrouvailles entre le pouvoir et l’opposition, c’est une très bonne chose. Comme les gens disent souvent que nous avons des préalables, nous ne posons pas des préalables parce qu’il ya eu les premiers accords dont les relevés de conclusions n’ont pas été signés et respectés. Nous nous sommes dit au lieu de se retrouver autour d’une table pour discuter d’autres choses, parce que nous discuterons toujours du processus électoral, la chose sur laquelle nous devrons nous réunir se déroule tranquillement, et  ce sont les échéances électorales. La Ceni continue ses activités sur le terrain comme si rien n’en était. Nous allons nous retrouver pour parler de quoi ? Mais ça sera une bonne chose même en temps de guerre, il faut se retrouver pour discuter mais cette fois-ci si nous devons nous retrouver,  il faudrait que ce soit une discussion franche, il faudrait que nous nous regardions en face parce qu’aujourd’hui les militants et sympathisants sont fatigués. Le peuple de Guinée est fatigué des crises, il faut que nous fassions franc-jeu pour sortir la Guinée de cette crise.

Que pensez-vous des rapports entre Cellou et Sidya qui semblent se détériorer de plus en plus?

Les gens disent que les relations entre Cellou et Sidya se détériorent. Moi, je dirai non. Même entre père et fils, entre la langue et les dents il y aura toujours des bisbilles mais ce sont des choses qui s’arrangent. Nous sommes en train de prendre des dispositions par rapport à ça, afin que les ainés se retrouvent autour de la table pour conjuguer les mêmes verbes. Moi, je n’appelle pas ça détérioration des relations au sein de l’opposition.

Qu’est-ce que cela vous dit quand Sidya Touré dit qu’il ne s’alliera pas à l’UFDG de Cellou en cas de second  tour de la présidentielle ?

Non cela est un dire. On ne sait pas  entre Sidya et Cellou qui sera au 2ème tour, donc ce sont des propos que moi je ne considère pas parce que cela peut avoir été tenu sous l’effet de la colère. Mais moi je sais si Sidya ne se rallie pas à Cellou, c’est à Alpha qu’il va se rallier, vous pensez ? Ce sont des déclarations dont il ne faut pas tenir compte. Nous, notre problème c’est comment faire partir Alpha, ce ne sont pas des petites querelles internes.

Vous étiez hors de la Guinée, c’était dans quel cadre ?

Oui comme d’habitude, vous savez j’ai des structures sur l’étendue du territoire national et à l’extérieur, j’étais parti en tournée dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest et centrale pour une prise de contact avec mes structures,  pour faire l’état des lieux et savoir également qui est avec nous,  qui n’est pas avec nous, et aussi renouveler les structures.

Que répondez-vous à ceux qui vous soupçonnent de vouloir rallier le pouvoir ?

Vous savez c’est au sein du Rpg seulement qu’il  ya une commission  de rumeurs  et de mensonges. Nous nous connaissons parfaitement bien. Nous avions été des alliés. Toute cette zizanie c’est pour essayer de diviser l’opposition mais le RDIG et son président sont sereins. Le RDIG sera le dernier parti à quitter l’opposition, c’est-à-dire quand tous les partis quitteront l’opposition, RDIG va quitter en dernière position.

Affaire Kèrèma dans N’zérékoré, il ya eu des interpellations de citoyens qui sont détenus au PM3 pour « rébellion ». Comment percevez-vous cela ?

Ce sont des Guinéens qui ont été interpellés. J’ai confiance à la justice malgré qu’elle soit à la solde du pouvoir, je sais que c’est la vérité qui finira par gagner du terrain. Complot ou pas complot je n’ai pas de commentaire parce que je n’ai pas la quintessence sur le motif de l’interpellation de ces citoyens de Kèrèma.

Le RDIG a désormais un adversaire qui est  le MPD, et la lutte pourrait s’annoncer serrée  à Guéckédou, n’est-ce pas ?

Mais Paul Moussa n’a pas un parti politique, c’est un mouvement pour le soutien à Alpha condé. Vous savez là où ils seront surpris, dans nos fiefs on demandera qui est candidat ? Ce sont les candidats qu’on soutiendra, ce n’est pas un mouvement qu’on va soutenir. L’appel que je lance au président Alpha Condé c’est de faire attention, d’arrêter de distribuer le contribuable guinéen aux opportunistes qui n’apporteront rien. La preuve la plus éloquente je  battrai Paul Moussa Diawara dans son propre village là où il n’est même pas reconnu à Brouadou.

               Interview réalisée par Alsény Fadiga (Le Démocrate)           

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire