Prévue pour ce lundi matin, une rencontre entre travailleurs du Port autonome de Conakry (PAC) portant sur la récente rencontre entre la délégation syndicale du port et le médiateur de la République, a été avortée à coups de gaz lacrymogènes par des agents des forces de l’ordre.

« Cet acte est une violation des normes du travail », martèlera Cheik Chérif Touré, secrétaire général de la délégation syndicale du port, qui a estimé que : « Suite à notre rencontre avec le médiateur de la République, la semaine dernière, nous avons fait une note circulaire pour fixer la date de l’assemblée générale des travailleurs. Donc, c’est à cette occasion que les travailleurs sont venus pour écouter la quintessence de notre entretien avec le médiateur de la République. Donc, au moment où nous étions en train de faire ce compte-rendu, on a été complètement gazés par les forces de l’ordre, ils sont entrés dans les bureaux, ils ont fait sortir les travailleurs, ils ont arrêtés certains, tout en gazant les bureaux, il y a des femmes qui ont été déshabillées, il y a même eu des tentatives de viol ; ce qui est une violation flagrante de la norme internationale du travail ».

Loin d’avoir peur après cet empêchement, ces travailleurs comptent aller jusqu’au bout, afin que soit annulée le contrat de cession du PAC à la société turque Albayrac.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here