Le président de l’Union des forces républicaines (Ufr), Sydia Touré n’a pas l’air de croire au  dialogue en cours, et n’écarte pas du coup  le scénario du boycott de la prochaine présidentielle. Ces propos de l’ancien Premier ministre contredisent pourtant ce que Mohamed Tall, le porte-parole du parti a déclaré récemment sur les antennes des Grandes Gueules, en affirmant que « … quels que soient les cas de figure, l’UFR sera candidate à l’élection présidentielle, notre parti présentera un candidat à la présidentielle d’octobre 2015… ».

Sidya Touré a dans un entretien accordé à nos confrères de guineenews, en marge des travaux de dialogue qui ont débuté jeudi dernier au palais du peuple, jeté un pavé dans la marre en disant : « Il est évident que si ces questions qui permettent de donner une transparence à ces élections afin que les candidats y aillent dans des conditions d’égalité totale, l’UFR reverra sa participation à ces dites élections. Nous ne ferons pas semblant d’accompagner le candidat du déclin national à une telle mascarade électorale.»

Les points dont le président de l’UFR parle sont au nombre de trois points, comme il les citera lui-même.  Ils sont censés garantir  selon lui la transparence des élections.  Il s’agit  primo du « renforcement des capacités de la CENI sur lesquels nous avons énormément de doute ; deuzio de « la tenue des élections locales avant les présidentielles ; et tertio  « du fichier électoral qui devra être totalement purgé du recensement des mineurs qui a pu être observé dans certaines régions de la Guinée par école entière », a-t-il indiqué dans cet entretien.

Cette posture de Sidya Touré tranche avec celle de son porte-parole,  Mohamed Tall, qui venait de faire une déclaration sur les antennes de la radio espace, où il s’était montré catégorique en affirmant que : « De toutes les façons, quels que soient les cas de figure, l’UFR sera candidate à l’élection présidentielle, notre parti présentera un candidat à la présidentielle d’octobre 2015… »

M. Tall répondait ainsi à une question selon laquelle : si vous n’obtenez pas satisfaction quant à cette question préjudicielle ? Qu’allez-vous faire ?

Cette sortie du porte-parole de l’UFR avait fait jaser dans la cité, tant elle ne reflétait pas les positions affichées jusque là par le parti, qui a toujours embouché la même trompette que les autres formations politiques de l’opposition dite républicaine. Quand on sait que celle-ci a déclaré clairement qu’il n’y aura pas de présidentielle avant les communales et communautaires.

Entre Mohamed Tall qui affirme que l’UFR ira aux élections quelques soient les cas de figure, et Sidya Touré qui annonce que son parti pourrait reconsidérer sa position vis-à-vis de cette présidentielle, si les conditions d’organisation ne sont pas transparentes, à qui faut-il se fier en fin de compte ? En attendant de voir quelle posture l’UFR adoptera en fin de compte, il faut reconnaître que de Sidya Touré multiplie les déclarations contradictoires, qui dénotent de l’incertitude qui règne au sein du parti, face à la gestion du processus électoral par le gouvernement.

Richard TAMONE in Le Démocrate

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire