« Il est absolument irresponsable et inconséquent de dire qu’un Guinéen peut être considéré comme étranger sur son propre territoire national. Laisser penser cela et le dire relève d’une faute morale impardonnable », réagit  Khalifa Gassama Diaby, ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, suite aux propos controversés du Grand imam de la mosquée centrale de Kindia. Il estime qu’il « revient à la justice de dire le droit et de rendre justice aux principes de la république et de la nation démocratique ».

Poursuivant,  le ministre s’est adressé à ceux et celles qui peuvent être tentés de soutenir ou de justifier ces propos haineux et inacceptables : « Aujourd’hui, il est question d’une communauté spécifiquement visée, demain ce sera une autre, ainsi de suite. Si on laisse passer cette inacceptable faute morale et démocratique, alors que chacun se prépare demain à subir à son tour une telle offense aux valeurs de la république ».

Pour lui tout Guinéen est chez lui partout en Guinée, violer ces valeurs, c’est détruire les fondements de la République.  « Des lors, il y a de quoi s’inquiéter pour l’avenir démocratique et national de notre pays. L’histoire réserve une place honteuse à ceux et celles qui œuvrent pour désunir les Guinéens et détruire notre rêve de nation. Pour que chacun d’entre nous soit heureux et fier d’être de cette patrie, la patrie de tous les Guinéens, sans exception….de Conakry à Yomou. Tout Guinéen est chez lui partout en Guinée. Violer ces valeurs, c’est détruire les fondements constitutionnels et moraux de notre pays.  Et ces conséquences nous emporteront tous, hélas! »

« On se souvient encore péniblement et tristement  de la crise postélectorale, notamment dans la sous-préfecture de Kalinko, à Dinguiraye, (…) et bien d’autres à travers le pays. Personnellement, j’en ai encore le cœur brisé et l’âme triste », rappelle le ministre Diaby, avant de déclarer qu’il « est inadmissible que nous soyons encore dans cette intolérance honteuse qui nous mènera sûrement vers l’abîme ». Pour éviter cela, il faut le concours de « chacun d’entre nous, et surtout de la puissance publique, de faire en sorte de ne plus jamais revivre de telles horreurs et injustices ».

Pour conclure, Gassama Diaby prévient : « Si cela reste impuni moralement, légalement et politiquement, alors une brèche est grandement ouverte pour servir de tombeau à notre idéal républicain, démocratique et national. Lorsque ceux et celles qui doivent incarner, au nom de notre Nation, le magistère moral et républicain, dérapent, alors notre rêve de Nation démocratique et citoyenne deviendra un cauchemar invivable ». 

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire