Michel Kamano, président de la commission des Affaires économiques et financières, du Plan et de la Coopération à l’Assemblée nationale, explique  les raisons de la baisse des dépenses dans la loi des finances rectificative adoptée, ce lundi 3 septembre 2018, par les élus du peuple.

« Vous avez suivi l’adoption des recettes, d’abord c’est les recettes qui ont baissé, quand les recettes baissent, bien évidemment la conséquence logique veut qu’on baisse les dépenses. Et les dépenses ont été conséquemment baissées pour maintenir les équilibres. Vous négociez avec vos partenaires de façon à ce que vous ne viviez pas au-dessus de vos moyens. Si vous ne faites pas une bonne moisson, vous ne mangerez pas beaucoup. Donc, les recettes ayant diminué, le gouvernement conséquemment, a ajusté les dépenses pour maintenir les équilibres macroéconomiques globaux et maintenir le programme de coopération avec nos principaux partenaires, dont ceux de Bretton Woods, le Fonds monétaire et la Banque mondiale en particulier », a fait savoir, l’Honorable Michel Kamano.

« Il ne faudrait pas que l’impact soit très négatif. Si vous n’avez pas suffisamment fait des recettes, il faut réduire les dépenses en conséquence pour maintenir les taux de croissance sur lesquels vous êtes engagé ; bien évidemment, si vous manquez de ressources, ça a toujours un impact ; c’est pourquoi la croissance elle-même a été légèrement revue en baisse, pour tenir compte des réalités locales », renchérit-il

Parlant du vote négatif des députés de l’opposition, Michel Kamano ne trouve aucun inconvénient ; pour lui « l’opposition est faite pour critiquer, mais des critiques positives telles que nous avons entendu depuis les commissions et les inter-commissions ne font qu’avancer le pays ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here