Le numéro un mondial de l’aluminium, le russe Rusal, a annoncé lundi avoir essuyé une perte nette de 439 millions de dollars US au premier semestre 2013 et la réduction de sa production d’aluminium, plus forte qu’indiqué précédemment.

Le numéro un mondial de l’aluminium a annoncé qu’il prévoyait de réduire sa production de 357 000 tonnes en 2013, soit de 9% par rapport à l’an dernier, alors qu’il tablait jusqu’à présent sur une réduction de 300 000 tonnes.

“Le groupe va devoir se prononcer sur les emplois d’environ 3 000 personnes”, dont la plupart “devraient être mutées sur d’autres unités de production”, a expliqué un porte-parole du groupe.

Le nouveau programme de réduction de la production comprend l’arrêt de la production sur ses fourneaux les moins efficaces dans la division aluminium West, et une réduction de l’activité dans certains fourneaux de Sibérie.

Dans une présentation aux investisseurs, Rusal a précisé qu’il avait examiné la fermeture de son usine de Volkhov, près de Saint-Pétersbourg, et la suspension temporaire de la production d’aluminium de quatre sites dans la partie européenne de la Russie : à Volgograd, Nadvoitsy et deux autres dans l’Oural.

Les deux sites dans l’Oural «vont rester d’importants producteurs d’alumine», l’oxyde d’aluminium ensuite fondu pour produire le métal, et «Rusal va continuer à développer» cette activité, a précisé le groupe. Ces mesures s’ajoutent à la suspension depuis avril de la production de sa filiale Alscon au Nigeria. Le groupe va également réduire ses cadences dans certains fourneaux de Sibérie.

“Notre secteur est toujours dans une crise qu’il a lui-même provoquée, avec une offre surabondante qui mène à des stocks excessifs. On ne peut pas laisser ce statut quo se poursuivre et le secteur dans son ensemble doit prendre des actions pour optimiser les capacités”, a déclaré le PDG du groupe Oleg Deripaska, cité dans le communiqué.

Début août, le patron du groupe avait prévenu que la production d’aluminium de Rusal baisserait certainement plus que prévu cette année, et brandi la menace de fermetures d’usines. Oleg Deripaska avait évoqué une durée d’au moins quatre ans pour les fermetures temporaires, le temps que les prix de l’aluminium remontent à 2.400 dollars la tonne. Sur le premier semestre, les cours de ce métal ont représenté en moyenne à 1.919 dollars la tonne au premier semestre, soit 8% de moins qu’un an plus tôt.

Au regard de ce qui précède force est de reconnaitre qu’une réouverture rapide de l’usine Friguia arrêtée en 2012 suite à une grève illégale du collège syndical apparait de plus en plus illusoire.

Un simple calcul nous fait comprendre que la réduction 350 mille tonnes d’aluminium prévue par Rusal représente à peu près la production annuelle de Friguia en alumine ( pour une tonne d’aluminium il faut à peu près 2 tonnes d’alumines )

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here