“Jeune et migration irrégulière : comment sortir de l’impasse ? “, tel était le thème de la première édition du forum J-Modèles de la Blueweek, qui a regroupé, à Prima Center, plusieurs jeunes et modèles, pour échanger et partager. C’était ce mercredi 05 décembre, dans le cadre de la Semaine de la  jeunesse.

Au-delà de la célébration de la jeunesse guinéenne, la structure Intelligencia Guinée se veut aussi être une plateforme citoyenne, pour contribuer avec sa capacité de mobilisation des jeunes leaders et profiter de cet espace afin de passer des messages citoyens autour de trois panels, au cours de ce forum.

Pour Moussa Daraba, coordinateur de la Blueweek Guinée et directeur général de Intelligencia Guinée, la structure porteuse de cette initiative, c’est pour contribuer à l’émancipation de la jeunesse guinéenne prônée par les autorités et le ministère en charge de la Jeunesse et de l’Emploi jeune, que la Blueweek Guinée est devenue une réalité, pour permettre aux jeunes de discuter de leurs problèmes, mais aussi de proposer des solutions avec d’autres jeunes modèles : « Nous nous inscrivons aussi dans la logique de stimuler en la jeunesse les moyens et les facultés de proposer les solutions à ces propres problèmes, ou de s’isoler dans l’éternel relancement de la plainte constante, nous avons obtenu de réaliser ce rêve. Le message que nous souhaitons envoyer au reste du monde est celui d’une jeunesse guinéenne forte, active, patriote et croyante en la Guinée ».

Tout en félicitant l’initiative des organisateurs de cet évènement majeur pour la jeunesse guinéenne, Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi jeune, avant d’ouvrir cette première édition de ce forum Blueweek,  a affirmé que ce forum est une opportunité pour prouver le contraire de l’image négative véhiculée de la jeunesse guinéenne à travers le monde : « Dans une Guinée où l’image du jeune est négative dans les représentations et les perceptions quotidiennes, c’est pour nous, encadreurs de la jeunesse, un honneur de voir, de magnifier et de soutenir des jeunes qui prouvent justement le contraire, et qui véhiculent une image qui compète le sens commun, une image remodelée et rare. Celle d’une jeunesse active, une jeunesse forte de propositions et d’actions, celle d’une jeunesse qui a l’esprit d’entreprendre dans le sens de la créativité et qui réussit à aller jusqu’au bout, mais surtout celle d’une jeunesse une et indivisible, rassemblée autour d’une vocation commune », a-t-il déclaré. Pui, il a invité les jeunes à prendre en mains leur propre destin, et a promis de porter cette initiative auprès de l’Etat et des partenaires, pour en faire un évènement majeur qui contribuera à l’émancipation de la jeunesse guinéenne.

Abordant le thème principal de la rencontre, les conférenciers ont démontré au cours de ce forum que la Guinée occupe la première place parmi les pays de départ de l’immigration clandestine, en Afrique subsaharienne, avec plus de 8 000 Guinéens ayant atteint irrégulièrement les côtes européennes. Des idées pour trouver les solutions ont été émises, comme : améliorer la qualité de l’enseignement en Guinée, pour un diplôme de qualité et conseiller aux jeunes de « bien partir pour mieux revenir ».

Selon Ansoumane Camara, étudiant, qui a suivi ce forum avec attention, il y a un manque de communication qui empêche les gens de se saisir des opportunités mises en place pour leur permettre de prendre le chemin légal, plutôt que le chemin de l’enfer, et il estime qu’il faut sortir chercher l’argent, et revenir plus tard au pays pour bâtir : « J’ai envie de partir un jour, puisque si nous constatons aujourd’hui dans notre société, la jeunesse constitue les 70% de la population active. Et c’est cette jeunesse qui est non seulement apte à conduire les destinées d’une nation, et si par exemple, il n’y a pas de possibilité qui est mise en œuvre pour cette jeunesse pour faire son travail, elle ne peut pas rester sur place. Il faudrait qu’elle parte ailleurs chercher, et bâtir l’avenir. Ce n’est pas seulement en restant pour l’intérêt de notre pays qu’on peut contribuer au développement de la nation. On peut aller chercher ailleurs, se développer, se perfectionner et faire un come back dans le pays ».

Cette journée précèdera la grande soirée des J-Awards, qui aura lieu, le jeudi 06 décembre, à Conakry, pour célébrer la jeunesse guinéenne.

Fatoumata Kaba pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here