Membre actif de la cellule de Communication du Rpg Arc-en-ciel (parti au pouvoir), Aboubacar Sidiki Camara a accordé vendredi un entretien exclusif à Mediaguinee. A cette occasion, des questions liées à la grève des enseignants et aux dernières élections communales et communautaires ont été évoquées. Lisez !

L’actualité reste dominée par la grève des enseignants qui mine le secteur éducatif guinéen. Quelle analyse faites-vous de ce mouvement ? 

Aboubacar Sidiki Camara : D’abord, je voudrais dire que le RPG Arc-en-ciel est un parti affilié à l’internationale socialiste et vous savez que les socialistes sont composés essentiellement des ouvriers et des syndicats. Donc, ça veut dire que le RPG Arc-en-ciel soutient la force syndicale, les ouvriers et c’est un parti qui est avec le peuple. Donc nous, nous ne pouvons pas rejeter en bloc toutes les revendications des syndicats. Mais ce que nous déplorons dans cette situation, c’est que la grève a été manipulée non seulement par des politiciens et soutenue par certains membres de la société civile dont Abdouramane Sano de la PCUD (Plateforme nationale des citoyens unis pour le développement) qui soutiennent ouvertement la grève parce qu’ils veulent créer une situation de pagaille dans le pays en parfaite coordination avec l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo. C’est ce que nous déplorons dans cette situation. Sinon, nous, nous sommes avec les enseignants, nous sommes avec le peuple et nous devons s’asseoir pour regarder réellement ce qui est possible au niveau des enseignants et ce qui n’est pas possible parce que l’enseignant, c’est aussi de voir l’avenir de la nation et l’enseignant doit tenir compte de ça. Mais comme je disais haut, nous déplorons beaucoup la politisation et l’ethnicisation même de la grève en cours déclenchée par une partie des syndicats en République de Guinée actuellement.

Vous pointez un doigt accusateur sur plusieurs personnes politiques et de la société civile dont le président de la PCUD, Abdourahamane Sanoh d’avoir soutenir la grève en cours. Avez-vous des preuves ?

Oui. Nous détenons des preuves palpables parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’un pays est géré. Et nous avons aujourd’hui des informations contre M. Abdouramane Sano qui est en train de tout faire. Parce que comme vous le savez, le Guinéen est habitué à des situations d’exception. Donc, quand il ya des situations d’exception, on peut facilement rentrer dans le gouvernement et c’est ce que ces gens-là cherchent aujourd’hui. Je précise de passage que M. Sano est un grand ami du leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo et il est même l’un des conseillers personnels de ce dernier. C’est pourquoi ils sont en train de tout mettre en œuvre pour que cette situation perdure. Sinon, en réalité le syndicaliste Aboubacar Soumah et son groupe ne sont pas difficiles, mais ils sont en train d’être orientés sur une piste qui n’est pas le point idéal des syndicats. Et ça, c’est soutenu par Cellou Dalein Diallo et son conseiller personnel Abdouramane Sano, chose qui est vraiment déplorable pour le syndicat guinéen. En clair, les syndicalistes sont soutenus par Cellou Dalein Diallo et son conseiller personnel Abdouramane Sano de la PCUD.

L’opposition appelle à une ville morte le lundi prochain et à une série de manifestations à partir de mercredi 14 mars. Quelle est la position du RPG Arc-en-ciel par rapport à cette nouvelle menace ?

Le RPG Arc-en-ciel est un parti démocratique. La liberté d’expression et la liberté de manifester parmi tant d’autres sont consacrées en République de Guinée. Donc nous, on ne trouve pas de problèmes dans ça. Mais Cellou Dalein et son groupe doivent savoir qu’ils ont des libertés au même titre que nous autres. Donc, s’ils manifestent, ils doivent pouvoir respecter les libertés d’autrui parce qu’en réclamant son droit, il faut aussi respecter celui des autres. Il (Cellou Dalein Diallo) a clairement dit qu’il veut écourter le mandat du Pr Alpha Condé. Mais il doit nécessairement savoir que le RPG Arc-en-ciel a obtenu plus de 57% de l’électorat guinéen lors des dernières élections locales. Ce que signifie que le RPG Arc-en-ciel reste et demeure la formation politique dominante en Guinée. Ce que Cellou Dalein calcule aujourd’hui, il sait pertinemment que si Alpha Condé organise les élections législatives de 2018 et l’élection présidentielle de 2020, qu’il n’a aucune chance d’accéder à la magistrature suprême de la nation. Donc, il faut passer par la violence aujourd’hui pour écourter le mandat du président Alpha Condé. Mais il doit savoir que le RPG Arc-en-ciel reste mobilisé de Conakry à l’intérieur du pays auprès du Pr Alpha Condé pour défendre le pouvoir, s’il utilise la violence, il doit savoir que personne n’a le monopole de la violence dans ce pays. Et s’il essaye de semer la pagaille dans ce pays, il va récolter toutes les conséquences.

La campagne du RPG Arc-en-ciel à Siguiri lors des communales du 4 février a été pilotée par vous-même. Quelle analyse faites-vous des résultats obtenus par votre parti dans cette ville très peuplée du pays et qui se trouve être votre bastion ?

D’abord, je constate que le RPG Arc-en-ciel reste la première force politique à Siguiri. Parce que si vous faites une analyse politique approfondie, aucune formation politique n’a eu plus de trois conseillers dans la circonscription de Siguiri. Les candidats indépendants sont issus des rangs du RPG Arc-en-ciel. Ce veut dire que la compétition s’est déroulée entre RPG Arc-en-ciel et RPG Arc-en-ciel. Après tout, la liste qui a été présentée par le parti, c’est cette liste qui est sortie victorieuse avec une majorité relative de 19 conseillers sur 41 dans la commune urbaine. Et quand vous prenez les autres grandes communes rurales de la préfecture dont Doko, nous avons eu là-bas 29 conseillers sur 33 et à Norassoba, 25 sur 29. Nous avons gagné dans toutes communes rurales sauf à Kintinia seulement. Donc aujourd’hui, le RPG Arc-en-ciel reste la seule formation politique dominante à Siguiri. Qu’à cela tienne, nous avons besoin de redynamiser le parti et d’intégrer la jeunesse dans les structures du parti parce qu’aujourd’hui quand vous prenez un jeune qui est né par exemple en 1993 et qui a 20 ans aujourd’hui, ce sont ces gens-là qui gèrent aujourd’hui les villes. Donc, ces gens-là doivent être intégrés dans les structures du parti. Quand vous prenez le score des autres partis politiques comme l’UFDG qui avait l’habitude d’avoir 15 mille voix à Siguiri, cette fois-ci, ce parti n’a même pas eu 5000 voix. Ça veut dire que c’est un parti qui est en train de mourir aujourd’hui à Siguiri. Si vous prenez aussi le PTS de M. Mamady Diawara, vous comprendrez également que cette formation politique est en perte de vitesse. Donc je peux dire qu’à Siguiri, c’était une compétition qui était ouverte entre RPG et RPG et avec les alliances qui sont scellées, nous aurons la mairie de la commune urbaine s’il plaît à Dieu.

La grogne sociale grandit. Quel appel avez-vous à lancer à la population guinéenne ?

Par rapport à ça, je dirais que ce n’est pas toute la population qui manifeste. C’est l’UFDG et son président qui manipulent une partie de la Guinée et une communauté parce que même leur marche blanche de leurs femmes n’était pas propre. L’UFDG dit qu’elle a perdu 90 personnes dans les différentes manifestations, mais combien de gendarmes et de policiers ont aussi perdu la vie dans ces manifestations là ? Pourquoi ils ne dénoncent pas cela ? Combien de personnes d’autres communautés ont perdu leurs biens sur l’axe Le Prince ? Cellou Dalein est en train de communautariser le débat politique aujourd’hui en Guinée parce que tout simplement le pacte qui existe entre lui et sa communauté, c’est que si cette fois-ci il n’arrive pas à remporter les élections, il va quitter la tête de l’UFDG. Je profite de l’occasion pour faire cette révélation importante. Pendant ces élections locales, le leader de l’UFDG dans sa stratégie voulait déclencher la violence. C’est pourquoi il a envoyé des mercenaires pour assassiner trois personnes à Siguiri à savoir ma propre personne, Adama Cissé qui est l’un des secrétaires généraux influents du RPG et le jeune Moussa Sacko. Ce que je dis est bien vérifiable parce que les preuves sont là car, l’un des mercenaires a été interpellé et jugé à Kankan et aujourd’hui, il est en train de purger sa peine. Je dirais à la population guinéenne qu’aucun pays ne peut se développer aujourd’hui s’il n’y a pas de paix. C’est pourquoi nous, nous appelons les Guinéens à la paix et à la cohésion nationale. Ce pays est une famille, par conséquent, nous n’avons aucun intérêt à ce que le pays brûle. Ceux qui pensent que ce pays va brûler se trompent car, Dieu le Tout-puissant veille et veillera toujours sur notre chère nation.

Source : Mediaguinee

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

1 COMMENTAIRE

  1. Mr le frondeur je vois que tu commence à retrouver ta santé . Quand tu faisais ta fronde contre le président pour avoir donné plus de priorité aux personnes aujourd’hui et n’y étaient pas quand vois mouilliez la tenue au frais de votre vie.
    JE t »en priés cherchez vos problèmes ailleurs sinon cette grève n’a rien à voir avec la politique. Mais c’est comme ca que vous lavez toujours ke cerveau des gens qui sont limités de savoir et de la reflexion de la situation de notre pays. Toit n’est pas politique. Quand vous avez du mal à combattre vos adversaires dans les arènes de la démocratie qu’est le choix dans les urnes(Les élections en sont des illustrations ) vous vous acharnez contre eux en profitant des situations sociales que vous ne trouverez jamais de solution tant que le pays est en otage par votre clan incapable de satisfaire les besoins primaires de la population.
    Mr le frondeur ne mélange pas les pédales de l’embrayage et l’accélérateur sinon tu risque de casser ton moteur.
    Alors Mr le frondeur je vous prie ne ne pas transformer cette grève en une affaire politique sinon ça coûtera chère à votre mentor, donc on ne parlera même pas des pique assièttes comme toi. C’est un droit que nous demandons alors laisse l’état faire son devoir qui va dans l’intérêt de tout le peuple.
    Cette couche dans laquelle nous sommes souffre énormément au point qu’on a pas les moyens pour subvenir aux besoins sanitaires de nos familles alors que qui fait mieux ou plus que l’enseignant dans ce pays .
    C’EST PAS POLITIQUE CETTE AFFAIRE. ALORS RÉGLEZ VOS AFFAIRES ENTRE VOUS SANS NOUS MÊLER DE DANS. ON EST CAPABLE DE RÉCLAMER NOS DROITS SANS AIDE DE PERSONNE, SI VOUS N’ÊTES PAS CAPABLE DE MENER VOTRE LUTTE SANS DIVISER POUR RÉGNER ALORS RENDEZ LE TABLIER .
    OCCUPEZ VOUS DE L’UFDG AUTREMENT MAIS PAR NOS REVENDICATIONS.
    SI VOUS VOUS BATTEZ POUR LA CONQUÊTE DES FAUTEUILS? CES SYNDICALISTES SE BATTENT POUR AMÉLIORER LES CONDITIONS DE VIE DES PAUVRES ENSEIGNANTS

Laisser un commentaire