Mohamed Lamine Keita

A l’image de celle de la terre – brûlée de Samory Touré contre le colon français, l’opposition dite républicaine qui a tarit de réflexions stratégiques nouvelles adopte sans scrupule la tactique de la ‘’rue – brûlée’’ pour défendre ses intérêts électoralistes et nombrilistes.

Le renvoie des élections communales et communautaires à une date ultérieure et  le renouvellement de l’exécutif des démembrements de la CENI font bien de frustrés mais pas seulement. Ils feront des conséquences très embarrassantes pour ceux qui ne se concentrent pas sur les réels problèmes et tâches qui leurs  incombent.

Du repli identitaire aux violences de rue via les propos incendiaires, l’opposition dite républicaine tente de marquer son territoire  dans Conakry, mais rien qu’écho ne répond à sa voix désespérée en manque de squelette.

La jeunesse observatrice de son avenir déchiqueté par la vieille garde à pensée unique  se réveille à présent, se rebelle et s’insurge contre cette mauvaise foi qui consiste à mettre à l’abri ses propres enfants en exposant ceux des autres dans les rues sans garantie de protection ni vision claire quant au sens des revendications qui ne sont pertinents que par leur bassesse et l’animosité de leur expression.

Mais face à la rue brûlée, il n’y a de butin pour l’opposition dite républicaine pour servir d’assurance de survie à la prochaine destination méconnue.  Il ne sert plutôt qu’à alimenter en misère les loubards payés par celui qui se fait appeler  chef de file de cette même organisation opposante au pouvoir de Conakry.

Les commerces et autres biens vandalisés ainsi que les blessés,  sans compter les morts, cependant se compte par plusieurs dizaines et les mesures prises pour éviter ses pertes  inexistantes. Entre le caractère économique et celui des droits de l’homme de ses mouvements, un grand espoir se perd.

La rue brûlée ou encore les manifestations dites de ‘’génie’’ de  Cellou Dalein qui tire le diable par la queue dans la sphère politique, n’est que culture d’un esprit dépassé des réalités politiques nouvelles de Guinée. Le Peuple de Guinée réclame de nouvelles stratégies et de nouvelles pensées politiques pour que celles qu’il appelle ses oppositions politiques soient  en phase avec les grandes oppositions démocratiques et efficaces face à son pouvoir qui a du chemin à faire vers le développement de notre cher pays. Vivement la mise à jour de cet esprit qui hélas, mène bon nombre de ses partisans aveuglés dans l’obscurantisme.

Le 16 Août prochain sera forcément un nouveau point noir sur le parcours du chemin de vers la mort programmée de l’opposition dite républicaine qui se verra ridiculisée et traînée dans la boue par l’esprit arriéré de son propriétaire Cellou Dalein.

L’Esprit futuriste nécessaire pour s’opposer aux grands maux de la Guinée se doit analyste et brillant par ses décisions responsables. Mais le commerce politique du président de l’UFDG, Cellou Dalein DIALLO,  depuis ses décisions prises jusqu’aux fonctions occupées par les siens, y compris celles de députés à l’UFDG, n’honore le parti qui a perdu sa vision depuis l’exil de son architecte et premier Vice – Président BAH Oury. Cellou Dalein montre ainsi sa volonté de s’enrichir sur le dos des militants de l’UFDG, ainsi que celui de saper les efforts de la lutte  démocratique en Guinée.

Et pendant que sans calcul il invite les jeunes à brûler la rue il arrache  de l’argent  aux potentiels candidats pour les mairies aux futures élections communales et communautaires, pour lesquels il s’offre au plus offrant. Allez – y comprendre la suite… !
Je vous salue !

Mohamed Lamine Keita

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

1 COMMENTAIRE

  1. C »est votre charabia qui est incompréhensible. C’est quoi poit noir sur le chemin du parcours. Vos nébuleuses contributions qui se veulent d’un certain niveau intellectuel, font plutôt ressortir vos faibles capacité d’analyse. Arrêtez d’écrire pour ne rien dire pauvre pédant.

Laisser un commentaire