Mamadou Billo Sy Savané

Ce jour du 24 Juin 1969, le tyran sanguinaire Sékou TOURÉ reçoit  son homologue Zambien, Kenneth KAUNDA.  A cette occasion, comme d’habitude toutes les activités économiques et sociales sont suspendues  à CONAKRY, sur ordre du P.D.G.  Les populations sont « invitées », à vrai dire contraintes de sortir  et de s’aligner au bord de la route NIGER pour accueillir un  Chef d’Etat dont la venue ne les concernait nullement.    Tout le long de cette route NIGER, la foule amassée est en « liesse », sur fond de  balafon et de DJEMBÉ.  En ce mois de juin à CONAKRY, règne une chaleur moite.  Le ciel est nuageux, mais sans pluie.

Le cortège présidentiel et sa suite se dirigent  vers la presqu’île de KALOUM.  Au niveau du carrefour dit « CONSTANTIN » (pour ceux et celles qui connaissent l’agglomération de CONAKRY), la voiture à bord de laquelle se trouvent le tyran guinéen et son  hôte ralentit sa progression, prise d’assaut par  une foule débonnaires de  citoyens curieux

.Dans la cohue, un jeune homme de trente, ou  trente-cinq  ans, se précipite  sur  la voiture présidentielle, en extrait  le tyran,  pour  lui assener quelques coups de couteau dans le but  manifeste d’en débarrasser  le pays.  Il est abattu immédiatement sur place, devant  une foule hébétée, tétanisée par  la violence inouïe, tant elle s’était  convaincue  que celui qu’elle  nommait  le « Responsable Suprême », ne pouvait pas  ordonner  un assassinat public  instantané contre un compatriote, même  hostile. Mais la réalité était là, incontestable.

On apprendra quelques heures plus tard, que l’héroïque jeune homme s’appelle Tidiane KÉITA, et que ses vieux parents, originaires de la région de KOUROUSSA, habitaient le quartier MADINA dans une maison dont ils étaient propriétaires, après de longues années de labeur.  Monsieur Sékou TOURÉ, en bon tyran  revanchard, ne se satisfait pas  d’avoir fait  tuer  publiquement son agresseur. Il fait organiser  une interminable vengeance collective contre son clan familial,  fait détruire la propriété familiale par une population hystérisée, conduite par un cruel voyou du nom de CHERIF NABHANIOU.  Les vieux parents innocents de Tidiane ne  survivront pas à cette  furie vengeresse que Sékou TOURÉ et son P.D.G. feront abattre sur eux, à CONAKRY, comme au village d’origine à KOURPOUSSA. Une punition collective et sans fin.

Alors pourquoi revenir sur le cas de quelqu’un qui a voulu « tuer » le « Responsable Suprême », me dira-t-on ? Après tout, il a « mérité » son sort. Peut-être. Et d’un point de vue moral, une tentative de meurtre  ne  devrait pas être célébrée. Du reste, dans le cas précis, il n’y a pas eu de célébration.  Grave erreur des patriotes selon moi.

Il  me parait inacceptable de laisser croire que Tidiane KÉITA fut un vulgaire assassin, ou  un suicidaire.  Une autre lecture de son geste  est souhaitable, et  nécessaire.  Car un acte comme celui qu’il a tenté, est loin, très loin d’un fait divers  criminel.  A mon avis,  ce geste du 24  Juin 1969, s’apparente plutôt  à un ACTE POLITIQUE lourd, de type  historique.

Geste altruiste d’un désespéré héroïque, dans un contexte sociopolitique caractérisé par  une interminable  tyrannie sanguinaire.

Nous sommes en 1969, presque dix ans  d’ « indépendance ».   L’immense majorité des Guinéens, enfermés dans une sorte de camisole par  Sékou TOURÉ et son P.D.G., subissent une terrible OPPRESSION, sans oser, ou pouvoir le dire. Le régime s’est encore plus durci.  Les « amis » idéologiques africains du P.D.G., sont balayés les uns après les autres par des militaires, ou  à la suite d’une insurrection populaire.  Le MALI, le GHANA…. et d’autres pays  dont les populations ne supportent pas la tyrannie, se sont débarrassés de leurs apprentis-tyrans.  La GUINÉE reste le seul pays sous la férule  d’une bande criminelle conduite par Sékou TOURÉ.   Toute la société guinéenne est bouclée à double tour. Des arrestations, des privations en tous genres, des assassinats politiques gratuits, sans fin. Aucune lueur d’espoir sur aucun plan. Un désespoir absolu pour ceux et celles qui  n’adorent pas  le P.D.G. et son CHEF, c’est-à-dire l’immense majorité des GUINÉENS. Dans le même temps, la Guinée  demeurait  un PARADIS  pour un groupe ultra-minoritaire, violent, mais entièrement dévoué à Sékou TOURÉ.

Voilà brièvement présenté, le contexte  sociopolitique  dans lequel  M. Tidiane KÉITA  décide à son niveau,  de  débarrasser  notre pays de la tyrannie moyenâgeuse du P.D.G., et  AU PRIX de sa PROPRE VIE.   « Au prix de sa propre vie ». Ce point mérite d’être souligné car  en Guinée,  les militaires n’ont jamais  fait qu’au prix de la vie  de leurs compatriotes civiles désarmés et  innocents.

Alors, en quoi   notre ILLUSTRE compatriote Tidiane KÉITA est-il un HÉRO désespéré qui a commis un acte de portée historique ?

Tidiane KEITA n’est pas un notable, ni politique, ni intellectuel. Juste un jeune homme qui cherchait à vivre, tranquillement comme ceux et celles de son âge. Mais rétif  à la tyrannie, à l’injustice quelle qu’en la victime, le régime du P.D.G. ne lui était plus supportable.  Sékou TOURÉ a enfermé la Guinée dans un filet aux mailles plus que serrées. Pas d’interstice, aucune possibilité d’action collective concertée.  Une tyrannie dont aucun Guinéen d’alors  n’imagine pouvoir sortir un jour. La résignation désespérée règne dans toutes les têtes.

Tidiane KEITA, vraisemblablement persuadé que seule une action individuelle déterminée peut mettre fin  à cette tyrannie sanguinaire, décide de s’y engager.  Il n’ignorait pas que, succès ou échec, il y laisserait sa vie.  Malgré tout,  il tente le coup, sans rien demander à personne, sans compromettre personne, n’ignorant rien de ce qui lui arriverait, n’obéissant qu’à ce que sa conscience lui dictait.

Tidiane KEITA n’est pas un illuminé, avide de gloire.  Il en est même l’antithèse. Tidiane KEITA est un homme humble, un homme de DEVOIR.  En cherchant à éliminer le tyran, il a accompli un acte d’un ALTRUISME  absolu et TOTAL.

Ici, d’après moi, il faut distinguer  l’acte matériel, de ce qui a motivé  son auteur.  Tidiane KEITA n’attendait rien pour lui-même, n’avait pas d’hostilité personnelle, pas même pour le sinistre Sékou TOURÉ.  Encore une fois,  c’est le sort réservé à la collectivité à laquelle il appartient (son pays)  qui lui semblait intolérable, et d’ailleurs à juste raison.   Contrairement à ceux dont le DEVOIR était de préserver  leurs compatriotes d’une tyrannie dont le caractère sanguinaire ne pouvait plus être contesté, lui a agi, d’une façon grandiose. Peu m’importe la réussite ou l’échec.  Ce jour-là, Tidiane KEITA a lui seul, a été la Guinée toute entière.

Je formule un seul SOUHAIT : qu’on rebaptise désormais le carrefour CONSTANTIN, place «  TIDIANE KEITA », et que l’Etat Guinéen restitue à sa famille (descendants, ascendants) les biens dont elle a été injustement spoliée.  Ce ne sera que justice.

TIDIANE ! Je ne te connaissais pas.  Personnellement, je te tiens pour  un authentique héros ALTRUISTE. Tu ne voulais pas tuer. Tu voulais débarrasser ton pays de la TYRANNIE.  Repose en paix ! Mon FRERE TIDIANE ! Tu es et demeures le DÉSINTÉRESSEMENT incarné.

Mamadou Billo SY SAVANÉ (France).

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

2 Commentaires

  1. Du n’importe quoi, vieux cénile. Que d’affirmations gratuites et contradictoires! Tu dis que tu ne connais pas ce Tidjane mais en meme temps tu déclare tout de go qu’il n’est pas un illuminé, avide de gloire. Il en est même l’antithèse, qu’il est un homme humble, un homme de devoir etc.
    Degage le planché monsieur et laisse ce fortum aux jeunes gens stpl

  2. Pas d’injures svp. Quelque soit les intentions et les motivations qu’on peut attribuer à Tidiane Keita, il reste que son geste est singulier et plein d’audace, dans le contexte interne et international qui prévalait à l’époque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here