Travaux publics / La Guinée bénéficie de cinq ponts de secours de la part du CNPS France

0

La Guinée vient de bénéficier de quatre ponts de secours de la part de la France, à travers son Centre national des ponts de secours (CNPS). La cérémonie de remise du don a eu lieu, ce vendredi 18 janvier, au port de Conakry. Ce geste intervient après une demande des autorités guinéennes auprès des autorités françaises, au lendemain de l’effondrement du pont de Linsan.

« Consciente du besoin qui existe en Guinée, la France a accepté de donner une partie de son stock. Ce que vous pouvez voir ici, ce sont les 10 conteneurs qui contiennent 240 tonnes de matériels de comptage en acier, qui permettront le montage rapidement, de cinq (5) ponts provisoires de 30 m environ chacun, en moins de deux semaines ; et 100 gros engins de chantier », a déclaré Jean Michel Pont, directeur du CNPS (France).

Poursuivant son intervention, il précise : « Les ponts mobiles donnés par la France sont des ponts provisoires. Certes, ils sont solides, ils peuvent rester en place très longtemps, mais leur vocation est d’être remplacés par des solutions définitives pour deux raisons : la première, parce qu’un ouvrage définitif, c’est quand même mieux, plus large et plus dimensionné et plus confortable. La deuxième raison est que lorsqu’on remplace le pont de secours par le pont définitif, on le démonte, on peut le réparer partiellement s’il est endommagé, et on le stocke. En ce moment-là, ça devient donc un pont de secours et utilisable dans des cas possibles de difficultés qui peuvent arriver. Je vous invite donc, à retrouver une solution définitive, à chaque fois que vous utilisez les ponts de secours », a fait savoir Jean Michel Pont.

Pour l’ambassadeur de France en Guinée, M. Jean Marc Grosgurin, qui a facilité la réalisation de ce don, « les questions de ponts et de routes présentent un caractère stratégique pour le pays. Ça permet de désenclaver les populations des régions. Il n’y a pas donc de développement économique sans routes. C’est vraiment pour nous une question effectivement importante de vous aider dans ce domaine-là (…) », dira-t-il.

De son côté, le ministre des Travaux publics, Moustapha Naité, a, au nom des autorités guinéennes, remercié les donateurs, avant de déclarer que : « La présente livraison est la deuxième du genre de la part du gouvernement français. En 2012 déjà, la Guinée avait bénéficié de cinq autres ponts de secours, qui ont servi à assurer le rétablissement de la circulation sur les routes nationales. Les nouveaux ponts qui sont livrés aujourd’hui rentrent dans le même cadre de renforcement du réseau routier et de prévenir d’éventuels effondrements, et surtout assurer leur remplacement immédiat ».

Sur l’utilisation rationnelle des ponts,  le ministre Naité a rassuré les partenaires techniques du CNPC de France, en annonçant que dans les prochains jours « des jeunes ingénieurs du ministère des Travaux publics seront mis à leur disposition, pour leur formation en matière de montage et d’entretien des ponts de secours ».

Selon le ministre, ces ponts seront stockés à Mamou. Le choix de Mamou n’est pas fortuit ; c’est parce que, selon lui, Mamou, « représente le carrefour en termes du réseau routier, qui nous permet dès qu’il y a un souci quelque part, de pouvoir déployer toute suite un pont. Et les ponts qui avaient été offerts par la France en 2012, sont tous aujourd’hui en utilisation ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here