Sékou Koundouno

Avant le départ des marcheurs des ‘‘Forces Sociales’’, ce mardi au carrefour de la Tannerie, les organisateurs s’activent à débarrasser la chaussée de quelques manifestants qui s’y aventurent.

Pendant ce temps, Sékou Koundouno, un des organisateurs, fait une interview et déclare en haute et intelligible voix –comme pour s’adresser à ceux qui sont présents sur les lieux-, ‘‘aucune casse, la manifestation doit être pacifique. L’autorité de l’Etat doit être respectée’’.

Quelques temps plus tard. La première cohorte des manifestants bouge. Derrière elle, des pickups des forces de l’ordre. Un autre groupe de manifestants visiblement plus excités, arrive. Les organisateurs bloquent la marche, reviennent mettre dans les rangs ce groupe. Celui-ci se fait aussi encadrer par les gendarmes.

Et la marche continue jusqu’au point d’arrivée. Sans le moindre incident. Les forces dites sociales venaient de réussir une manifestation qu’elles ont auparavant fait autoriser par les autorités compétentes.

Une démarche on ne peut plus responsable et républicaine. Comme quoi les manifestations pacifiques sont possibles en Guinée.

L’UFDG, le parti champion des manifestations de rue en Guinée, ne peut pas en dire autant. Pour des questions éloquentes de méthode et de comptabilité…macabre !

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com  

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire