Ce vendredi 4 septembre, les leaders de l’opposition  dont entre autres le leader de l’UFDG, El Hadj Cellou Dalein Diallo, Lansana Kouyaté, président PEDN, Sidya Touré, président de l’UFR, Jean Marie Doré, président de l’UPG, Aboubacar Sylla, président de l’UFC, Mouctar Diallo, président des NFD, , M. Dioubaté, représentant de Kassory Fofana, et David Camara de la NGR en présence de l’Ambassadeur des Etats Unis en Guinée, ont demandé l’annulation des législatives.

Lisant la déclaration de l’opposition, Aboubacar Sylla a indiqué qu’en dépit de ses mises en garde répétées, l’opposition est au regret de constater que le pouvoir et la CENI poursuivent leur fuite en avant par la publication de résultats électoraux ne reflétant nullement la vérité des urnes lors du scrutin législatif du 28 septembre. Et de poursuivre : ‘‘La fraude massive organisée avant, pendant et après le vote s’est traduite par des bourrages d’urnes, des falsifications et substitutions de PV de dépouillement, des omissions importantes d’électeurs, des rétentions de cartes électorales, des interférences de membres de Gouvernement et de hauts officiers de l’armée dans la collecte et la centralisation des votes..’’

Selon lui, les premiers résultats publiés par la CENI ont effectivement confirmé cette tendance à la fraude généralisée dont l’objectif est d’attribuer à la mouvance présidentielle une majorité indue, dans le but d’asseoir un régime autocratique et de mettre en place une gouvernance s’exerçant au détriment de l’intérêt général: ‘‘Le nombre et l’envergure de ces graves manquements ôtent ainsi tout crédit à ce scrutin dont les résultats sont en contradiction flagrante avec le verdict des urnes qui se trouve ainsi détourné au profit d’un pouvoir dont l’impopularité est à la mesure du bilan particulièrement négatif de ces trois dernières années de gestion.’’

En conséquence, dit M. Sylla : ‘‘L’opposition républicaine a décidé d’exiger l’annulation pure et simple de ces élections pour leur caractère éminemment frauduleux. L’opposition républicaine n’exclut pas, au cas où sa demande d’annulation ne serait pas prise en compte, de recourir à toutes les formes légales de protestation, y compris les manifestations sur les places et voies publiques sur toute l’étendue du territoire.’’

Elhadj Mohamed Diallo

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire